lerottweiler.net
Animaux info

4 ours autour d’une estive à Ustou en Ariège, le maire interdit la randonnée

Rate this post



4 ours se seraient approchés à plusieurs reprises d’une estive à Ustou en Ariège malgré la présence d’une brigade d’effarouchement. Le groupement pastoral porte plainte contre l’Etat et le maire de la commune interdit la randonnée dans le secteur.

Il était environ 21 heures, explique un éleveur du Groupement Pastoral du col d’Escots. A cette heure là, il ne fait pas encore nuit, fait il remarquer. La bergère qui s’occupe du troupeau était en train de regrouper les bêtes quand une ourse a surgi avec ses deux oursons. Elle devait être à quelques dizaines de mètres, précise-t-il. Elle s’est réfugiée derrière un rocher. Elle alerte alors la brigade d’effaroucheurs car sur cette estive la préfète a autorisé des tirs d’effarouchement.La brigade est composée de deux personnes de l’OFB (Office Français de la Biodiversité). Elles campent près de la cabane de la bergère, à proximité du troupeau. Par deux fois dans la nuit, selon l’éleveur, les agents de l’OFB ont procédé à des tirs d’effarouchement. Apparemment, selon lui, sans résultat puisque les ours ont continué à s’approcher du troupeau. Grâce à une caméra à vision nocturne, ils auraient compté 4 ours.

Le groupement pastoral du col d’Escot a décidé de porter plainte contre l’Etat pour mise en danger de la vie d’autrui. “On veut marquer les esprits et franchir des étapes dans la mise en lumière de la responsabilité de l’Etat”, explique l’éléveur.

 

Nous n’acceptons pas que par manquement de l’Etat on puisse risquer la vie d’une salariée

Un éleveur du Groupement Pastoral du col d’Escot

Contacté par France 3 Occitanie, la préfecture de l’Ariège ne nous a pas encore répondu pour confirmer ou infirmer ces informations.

Alain Servat, le maire d’Ustou a pris un arrêté municipal pour interdire la randonnée dans le secteur du cirque de Cagateille. “Je ne veux pas prendre la responsabilité de laisser monter les gens sur un secteur où il y a 4 ours,” explique-t-il.

Le maire de la commune d’Ustou n’est pas étonné de ce qui s’est passé la nuit dernière.

 

On le dit depuis des années et depuis le début de la saison encore. On est déjà à 80 bêtes mortes sur ce secteur et je ne serai pas étonné si on me dit demain que des randonneurs ont été attaqués. Une femelle elle défendra ses petits.

Alain Servat, maire d’Ustou

“On est désespérés, la situation, on la dénonce depuis des années mais il y a des gens qui n’entendent pas. Un jour on arrivera à une catastrophe. Je peux vous dire que la bergère la pauvre, elle a trouvé la nuit longue”. La bergère est âgée de 38 ans, elle compte environ 10 ans d’expérience dans ce métier, dans les Alpes plus particulièrement. L’éleveur nous indique qu’elle ne souhaite pas s’exprimer.
La nuit prochaine, elle sera encore sur l’estive accompagnée par un berger d’appui mais les agents de l’OFB sont repartis. “On a tiré la sonnette d’alarme et on attend que l’Etat mette vraiment les moyens”, explique l’éleveur. “Notre priorité au départ c’est la protection des bêtes mais on doit aussi prendre la mesure du danger pour notre salariée”, dit-il.
“La bergère est choquée et elle se pose des questions. Elle a bien vu l’ourse, elle se rend compte qu’elle n’est pas en face d’animaux craintifs”.
 



Source France 3

Autres articles à lire

quand la naissance d’un panda roux connait une portée nationale pour une histoire de prénom

bip

un cheval photographié dans les rues de Reims

bip

plusieurs cas suspects, une plainte été déposée

bip

la SPA s’inquiète d’une nouvelle vague d’abandons d’animaux domestiques cet été

bip

pourquoi Marine Le Pen a-t-elle visité un refuge d’animaux de l’Yonne 

bip

Comment cultiver son jardin en Limousin pour consommer moins de viande

bip