lerottweiler.net
Animaux info

des vacances plus sereines avec la garde de chat à votre domicile

Rate this post



Ce 8 août marque la journée mondiale du chat, l’animal préféré des français selon une enquête Ipsos-Royal Canin. Depuis quelques années, plusieurs sociétés normandes proposent de se rendre à votre domicile pour prendre soin de votre félin durant votre absence, notamment pendant les vacances.

 

Faire garder son animal de compagnie durant les vacances peut parfois relever du casse-tête. Les proches ne sont pas toujours disponibles ou volontaires, et les voisins pas forcément enclin à s’occuper d’un animal qui prend plaisir à squatter leur jardin ou à miauler durant leur sieste. Afin d’éviter les tracas des maîtres à l’orée de séjours lointains, plusieurs entreprises ont pris le tournant du pet-sitting.

En résumé, une personne qualifiée passe à votre domicile une à deux fois par jour pour s’occuper de votre petite boule de poil favorite. C’est sur ce créneau que s’est positionnée la société caennaise Pile Poils Plumes depuis mars 2018. Passionnés par les animaux, ses fondateurs, Claire et Tom Depirou ont réalisé que le pet-sitting au domicile des clients était un besoin véritable. D’ailleurs, cet été, leur agenda est bien rempli, avec une vingtaine d’animaux à visiter chaque jour.

12€ par jour pour 30 à 45 minutes avec l’animal

“C’est rassurant, explique Margot, qui fait régulièrement appel aux services de Pile Poils Plumes lorsqu’elle doit d’absenter plusieurs jours de son appartement caennais. Je ne voulais pas laisser mon chat Charlie seul trop longtemps. J’ai rencontré Claire, et on a accroché tout de suite. J’ai vu le premier contact entre elle et mon chat, et j’étais apaisée. J’ai vu que je pouvais partir et que tout se passerait bien”.

Pour 12 euros, Claire passe 30 à 45 minutes à son domicile pour s’assurer que Charlie va bien. “Je remplis les gamelles de croquettes et d’eau, je change la litière si besoin. Ensuite, pour un chaton, c’est beaucoup de jeu, des câlins”. A la fin de chaque visite, la soigneuse envoie une photo et un message au propriétaire de l’animal. “Ça rassure vraiment le client et ça lui fait plaisir d’avoir des nouvelles pendant les vacances“.

Autre pet-sitter basée dans l’agglomération caennaise, Maud Doyen note une modification sensible des réservations cet été. “Comme chaque année, la période estivale représente notre pic d’activité, les amplitudes horaires explosent. Mais là, les clients s’y prennent différemment quant à leurs vacances. Ils réservent leur location en dernière minute et, du coup, font appel à mes services de la même façon”. 

La trentenaire s’adapte. Difficile de refuser après le manque de travail durant le confinement. La plupart des clients de sa société MaudAnimo services viennent à elle par bouche-à-oreille, mais d’autres passent par PetZone. Cette application pour smartphone permet, entre autres, la mise en relation de maîtres avec des professionnels de la garde d’animaux de compagnie. Créée en mars dernier, elle rassemble une centaine de pet-sitter en France, une demi-douzaine en Normandie.

 

“Le pet-sitting est un vrai métier, il y a des lois à respecter”

Jérémy Picque, fondateur de PetZone

Le crédo de son fondateur Jérémy Picque, c’est de ne proposer les services que de professionnels diplômés. “Il y a beaucoup d’offre de gardiennage d’animaux, de tous types et parfois à la limite de la légalité. Des sites comme Animauté ou Holydog organisent une concurrence déloyale en employant des pet-sitters sans aucune certification, ni assurance. Ce que l’usager ne sait pas forcément”.

Son application à lui n’a pas été conçue dans un but mercantile. D’ailleurs, au départ, le but était de faciliter la recherche d’animaux égarés. Le pet-sitting est arrivé plus tard. Il concerne surtout les chiens, les chats et les lapins, mais dans les prochains mois, les nouveaux animaux de compagnie (NAC) type reptiles ou rongeurs pourront aussi avoir leur pet-sitters.

 



Source France 3

Autres articles à lire

le castor, marqueur de biodiversité, de retour en centre-ville

bip

“Je suis persuadée que c’est un acte intentionnel” estime sa propriétaire

bip

Ariège : Ce que l’on sait de l’ours tué par balles à Ustou

bip

Centres équestres en difficulté à cause du confinement : “ J’ai dû vendre plusieurs de mes chevaux pour continuer ”

bip

une enquête complexe et un monde équin en pleine psychose

bip

un mouvement de soutien après la mort d’un chihuahua tué par un autre chien

bip