lerottweiler.net
Animaux info

One Voice conteste devant la justice l’arrêté préfectoral qui autorise l’abattage de 1450 renards

Rate this post


Selon la préfecture l’animal est nuisible pour les cultures. Le renard ferait également concurrence aux chasseurs en s’attaquant au petit gibier. Pour les associations, il n’en est rien. L’arrêté préfectoral prévoyant l’abattage de 1450 bêtes est attaqué devant le tribunal administratif de Rouen.

La population de renards en Seine-Maritime serait trop importante. En tout cas, c’est le constat du préfet du département, Pierre-André Durand qui a autorisé l’abattage de 1450 animaux. La décision est aujourd’hui attaquée en justice par l’association One Voice. Le renard est notamment accusé par les agriculteurs de s’attaquer aux élevages de volailles. Les chasseurs lui reprochent de leur faire concurrence en s’attaquant au petit gibier comme les perdrix ou les faisans. 

Pierre André Durant explique que l’arrêté pris le 20 juillet dernier, répond à “la nécessité de procéder à la régulation des populations de renards sur l’ensemble du département pour limiter les dépréciations faites par ces animaux.” L’Etat relève une augmentation sensible de la population du renard dans le département. L’indice kilométrique d’abondance (méthode de comptage de la faune, ndlr) est passé de 0,58 à 0,67 entre 2019 et aujourd’hui, précise la préfecture. Il y a quelques mois, les services de l’État justifiait également l’abattage des renards par le “risque de propagation de maladies transmissibles à l’homme.”

 

Des raisons sanitaires ?

Le principal risque sanitaire redouté par les autorités est la propagation de l’échinococcose, une maladie provoquée par un ver et transmise à l’homme par le renard. Des piégeurs interviennent pour éviter ce risque.
 

Si un particulier attrape l’échinococcose alvéolaire et qu’il peut prouver que c’est dû à la population de renards, il peut y avoir des conséquences.

Rémi Guérinot, piégeur agréé national, le 12 juin 2020

Cette dernière justification ne convainc pas les associations. One Voice a décidé de poser un recours en justice qui est examiné le 19 août au tribunal de Rouen pour faire annuler l’arrêté pris par le préfet. De son côté, l’Association de protection des animaux sauvages (ASPAS), juge que le risque sanitaire n’est pas établi

 

C’est un fantasme. L’échinococcose n’existe que dans quelques départements. C’est une maladie qui est guérissable, il y a peu près 15 cas par an et on a beaucoup plus de risques de se faire lécher par son chien que par un renard.

Marc Giraud, porte-parole de l’ASPAS, le 12 juin 2020

La décision du préfet de Seine-Maritime se base “notamment” sur un “dossier constitué par la fédération départementale des chasseurs“. Un dossier qui n’est “pas neutre” selon les militants écologistes.

 

Un arrêté préfectoral largement contesté

Les associations de défense des animaux se sont rassemblés devant la préfecture de Rouen pour protester contre un décret autorisant l'abattage des renards.

Les associations de défense des animaux se sont rassemblés devant la préfecture de Rouen pour protester contre un décret autorisant l’abattage des renards.

© France Télévisions

Lors d’une consultation publique organisée du 29 mai au 19 juin 2020, 2.468 personnes s’étaient prononcées contre ce projet d’arrêté, 832 pour, selon la préfecture.

Jean-Michel Bérégovoy (EELV), deuxième adjoint au maire PS de Rouen, avait dénoncé une décision “honteuse“. “Le renard a toute sa place dans notre écosystème et joue un rôle dans son équilibre“, avait-il expliqué à la fin du mois de juillet. L’association de défense animale One Voice à l’origine du recours, conteste elle les méthodes de comptage de la préfecture, l’impact des campagnes de destruction sur les risques de transmission des maladies à l’humain et sur les élevages de volaille. One Voice a assuré – à nos confrères de l’AFP- avoir, en 2018, obtenu de la justice l’annulation en référé de deux arrêtés similaires l’un concernant l’Eure et l’autre la Meurthe et Moselle. Un arrêté préfectoral eurois du 8 février 2019 avait effectivement été suspendu par le tribunal administratif. 

     

De son côté France Nature Environnement (FNE) Normandie a dans un communiqué distinct “condamné cet arrêté qui, même si le niveau de prélèvement des renards par les lieutenants de louveterie est faible, est écologiquement aberrant“. “Le renard, super prédateur, joue un rôle majeur dans les écosystèmes notamment dans la régulation

des populations des petits rongeur
s”, selon l’association.

 



Source France 3

Autres articles à lire

“Je suis persuadée que c’est un acte intentionnel” estime sa propriétaire

bip

300 bébés flamants roses bagués aux salins d’Aigues-Mortes

bip

Moselle : la réouverture très attendue du zoo d’Amnéville et du parc animalier de Sainte-Croix

bip

Coronavirus Covid-19. Pourquoi les abattoirs peuvent être des foyers de contamination au virus

bip

la tortue alligator aperçue sous le Pont du Diable était en fait une tortue de Floride

bip

une femelle tigre est morte au zoo de la Citadelle de Besançon

bip