lerottweiler.net
Image default
Animaux info

un paradis pour la faune sauvage et la flore des zones humides d’Occitanie

Rate this post


Depuis des siècles, de nombreux salins ont été exploités sur les lagunes côtières de la Méditerranée. Aujourd’hui, en Occitanie, seulement trois sont encore en activité pour produire du sel. Les plus petits salins ont été abandonnés et ces zones naturelles retrouvent une nouvelle vie.

L’exploitation du sel remonte au moins au Moyen Âge. La Méditerranée réunit toutes les conditions pour l’extraction et la production de cet or blanc. La forte salinité des eaux, l’importante évaporation effectuée par l’action du soleil et du vent, des pluies rares et la présence de marais a permis à la région de produire massivement du sel jusque dans les années 1970.

Gruissan (Aude) - la récolte du sel aux salins .

Gruissan (Aude) – la récolte du sel aux salins .

© F.Guibal/FTV

Comme sur l’ensemble du littoral méditerranéen, l’histoire de Villeneuve-lès-Maguelone a été marquée par l’exploitation du sel sur les pourtours des milieux lagunaires. Les180 hectares de marais salants sont exploités dès le XII siècle par l’évêché de Maguelone. En 1596, Henri IV fait noyer la plupart des salins Languedociens. C’est en 1790, suite à la révolution française que les Salins de Villeneuve sont rouverts. En 1889, la Société civile des Salins de Villeneuve-lès-Maguelone, alors propriétaire des Salins, signe un bail d’exploitation de 100 ans avec la compagnie des Salins du Midi et du Nigeria. Les Salins de Villeneuve jugés trop petits et peu compétitifs furent fermés en 1969. C’est enfin en 1992 que le conservatoire du littoral achète la totalité du site pour en faire un espace naturel protégé pour sa faune et sa flore remarquable.  

Le conservatoire du littoral rachète des anciens salins pour les préserver

Aujourd’hui, près de 85 % de la superficie des salins abandonnés dans la région a été acquise par le Conservatoire du Littoral pour être désignée comme une aire protégée. La gestion de ces sites, est assurée soit par les collectivités territoriales comme le Parc Naturel Régional de la Narbonnaise en Méditerranée pour le site des anciens salins de Leucate, devenus réserve de Sainte-Lucie ou soit, comme sur le site des salines de Villeneuve, par le Conservatoire d’Espaces Naturels Languedoc-Roussillon. 

Gérer les salins abandonnés, c’est maintenir de la biodiversité en place, préserver les différents paysages et le patrimoine naturel et culturel

Nathalie Barré – animatrice au Conservatoire d’espaces naturels Languedoc-Roussillon

Pour Nathalie Barré, animatrice pour le Conservatoire d’espaces naturels Languedoc-Roussillon, il est important de bien réfléchir au plan de gestion au niveau de la conservation de certains habitats ou de certaines espèces. “Il n’y a plus de saliculture, mais ils reste les ouvrages hydrauliques. On va faire rentrer l’eau sur les bassins, les anciens partènement, pour que la mise en eau serve à préserver les îlots où il y a de la reproduction d’oiseaux d’eau et ainsi les protéger des prédateurs terrestres.”

 Un goupe de flamands roses survole les salins de Villeneuve-lès-Maguelone.

Un goupe de flamands roses survole les salins de Villeneuve-lès-Maguelone.

© I.Bris/FTV

La faune et la flore sont protégées et mis en valeur, mais aussi patrimoine culturel. Aux Salins de Villeneuve, des visites sont notamment organisées pour valoriser le patrimoine naturel par l’écotourisme. Les anciens salins constituent un héritage patrimonial et un écosystème particulier qui mérite d’être mis en avant et protégé.



Source France 3

Related posts

des opposants menacent d’y installer une ZAD près de Berck

adrien

après un hiver doux et un printemps confiné, les guêpes reviennent en force

adrien

Coronavirus Covid-19. Pourquoi les abattoirs peuvent être des foyers de contamination au virus

adrien

Leave a Comment