lerottweiler.net
Animaux info

Une action thérapeutique grâce aux animaux de la ferme pour des publics fragilisés

Rate this post


Poules, vaches, ânes, chèvres, chevaux… Des animaux qui font du bien à ceux qui en ont besoin. La Chambre d’agriculture de Meurthe-et-Moselle et son réseau Bienvenue à la Ferme organisent une semaine de découverte de la médiation animale dans une dizaine de lieux en Lorraine.  

 

On le sait, les animaux de compagnie, apportent bien-être, apaisement, présence à de nombreuses familles. L’animal peut aussi être présent dans une situation de handicap comme les chiens pour personnes non-voyantes ou malvoyantes. La médiation par l’animal est une véritable approche thérapeutique. Poules, vaches, ânes, chèvres, chevaux…  Des animaux  que l’on trouve à la ferme et qui font du bien à ceux qui en ont besoin.  La Chambre d’agriculture de Meurthe-et-Moselle et son réseau Bienvenue à la Ferme organisent une semaine de découverte de la médiation animale dans une dizaine de lieux en Lorraine.  
 

Nicolas avec la chèvre Jamaïque

Nicolas avec la chèvre Jamaïque

© O.Bouillon / FTV

La Compagnie des Ânes située à Eulmont (Meurthe-et-Moselle) accueille depuis de nombreuses années déjà des jeunes autistes de l’Institut Medico Éducatif JB-Thiery. Une activité qui se déroule au fil de l’année tous les quinze jours Quelle que soit la saison. 
 

 On travaille sur beaucoup de choses et en particulier sur l’autonomie

Angélique, Monitrice éducatrice IME JB-Thiery

La séance commence par un petit rappel des animaux présents sur le site à l’aide de photos pour les retrouver par leur nom. Puis, Samy et Stéphane accompagnent le groupe pas à pas. Chaque participant a ses petites habitudes, son rythme et souvent un animal préféré. 

On va travailler la relation avec l’animal. Qui, lui, va devenir le médiateur et le support avec lequel on va entrer en contact avec le bénéficiaire. On est beaucoup sur l’émotionnel au travers des animaux, il y a beaucoup de choses qui se passent

 Samy Alais, Compagnie des Ânes

Les jeunes vont nourrir les poules. Pour cela, il va falloir surmonter ses craintes mais aussi partager le seau de graines. Des gestes qui pourraient sembler anodins, mais qui, pour les participants, nécessitent un peu plus d’efforts. Les animaux, qui eux ne jugent pas, ne dissimulent pas, réagissent et interagissent avec ces jeunes. Ils les apaisent.

On va pouvoir travailler sur de la motricité de plus en plus fine par exemple pour nettoyer les pieds des ânes. Il faut bien suivre la fourchette. L’objectif, c’est de les amener à être le plus autonome possible. Être autonome sur le site pour les soins aux animaux, mais aussi par rapport aux autres. Ils doivent prendre en compte le fait qu’ils ne sont pas seuls. On est dans le partage et la collaboration. On apprend aussi à vivre ensemble.” 

Une formation pour la médiation par l’animal 

On est passé par une formation et un diplôme qui permettent de travailler sur ces séances” nous explique Samy. Il faut adhérer à une démarche collective avec une équipe pluridisciplinaire. Il faut aussi avoir une parfaite connaissance des animaux. Il faut savoir lesquels seront les plus adaptés pour recevoir des câlins sans aucun risque. Ils ont aussi leur caractère parfois. 

Cela fait 14 ans qu’on accueille des structures médico-sociales. Nos animaux sont un peu rodés à l’exercice

 Samy Alais, Compagnie des Ânes

Un reportage sur la Médiation par l’Animal avec la Compagnie des Ânes à Eulmont

 

Une nouvelle carte à jouer pour les agriculteurs

Ces nouvelles approches thérapeutiques, qui font leurs preuves, peuvent être proposées et encadrées pour des publics fragiles, des personnes en situation de handicap, mais aussi pour des personnes âgées en perte d’autonomie, des patients Alzheimer…  Pour les agriculteurs, c’est aussi une nouvelle activité. Elle propose une vision moderne de la ferme, impliquée dans le bien-être des autres, ouverte… Elle est enrichissante de ces rencontres pour eux aussi. Elle est l’occasion de faire découvrir leurs animaux, leur travail. Elle crée des liens entre les urbains et les ruraux.

Elle peut aussi être considérée comme une diversification à part entière et même apporter une source de revenus complémentaire.  La Chambre d’agriculture de Meurthe-et-Moselle persuadée du bien que cela représente pour les agriculteurs organise une semaine de découverte. Le programme est disponible sur son site internet. 
La ferme Sainte-Catherine à Velle-sur-Moselle, par exemple, propose des ateliers individuels ou collectifs. 

 

La médiation par l’animal permet de favoriser le bien-être physique et psychologique. L’animal est un médiateur sans jugement, sans communication verbale et sans intention. Il est spontané, il stimule, éveille et réconforte naturellement

Extrait du site internet de la ferme Sainte-Catherine à Velle-sur-Moselle

La ferme de Pascale elle propose des expériences liées au toucher, à la motricité et à l’ouïe. Les bénéficiaires peuvent caresser le cheval, le chien, les lapins, une poule. “Le chien Haïti et la jument Azura sont beaucoup sollicités. Il est possible de travailler la motricité en prenant le pain et en le donnant au cheval, de jeter de la salade aux poules et de mettre du pain dans le seau d’eau des canards et des oies. Les bénéficiaires peuvent aussi ramasser les œufs. Je les sollicite de nombreuses fois pendant la séance pour écouter les poules et le coq chanter, la jument croquer le pain et les oies.
 



Source France 3

Autres articles à lire

Pairi Daiza affirme posséder la momie ayant inspiré à Hergé son Rascar Capac et provoque la polémique

bip

Des girafes sur la ligne d’arrivée de l’étape du Tour de France

bip

Eure-et-Loir : avec le confinement, un amateur de nature a enregistré des bruits d’animaux impossibles à saisir avant

bip

le centre Athénas demande un moratoire sur la chasse pour épargner les animaux touchés par la sécheresse

bip

l’inquiétude des centres équestres après la vague d’attaques contre les équidés

bip

le prénom du bébé panda enfin dévoilé !

bip