lerottweiler.net
Animaux info

Une pétition circule pour demander la fermeture d’un élevage de visons en Haute-Saône

Rate this post



L’association de protection des animaux One Voice lance une pétition pour la fermeture des quatre derniers élevages de visons en France. Elle diffuse des images de ces fermes à fourrure dont celle de Montarlot-lès-Rioz (Haute-Saône) et dénonce des conditions d’élevage “révoltantes”.

L’association One Voice diffuse de nouvelles images d’élevage de visons en France. Sur les images filmées au mois d’août 2020, on peut voir des visons enfermés dans des cages grillagées. Certains animaux tournent en rond semblent affolés, quelques uns sont mutilés, des déjections s’entassent.

Sur son site internet, l’association de défense des animaux ajoute à sa campagne en ligne une pétition pour réclamer la fermeture des quatre derniers élevages de visons en France dont celui de Montarlot-lès-Rioz en Haute-Saône. Dans cette ferme mille visons d’Amérique du Nord sont destinés au commerce de la fourrure.

  

Paralysie, queue mutilée, problème de respiration

À Montarlot-lès-Rioz, l’association explique avoir filmé “des animaux en état de stress atteints de stéréotypie (mouvements répétés inlassablement pouvant provoqué des lésions), certains souffrant de paralysie, d’autres présentant des queues blessées”.

Contacté, l’éleveur Sylvain Chassain réfute : “ces images ne reflètent pas la réalité, les bêtes ont été stressées par la présence des caméras”. Concernant l’animal souffrant de stéréotypie il explique que la “bête a une infection urinaire”. Il ajoute que “son élevage est soumis chaque année à un contrôle sanitaire”.

 

Une campagne pour un arrêté ministériel de fermeture des élevages de visons

L’association demande la fermeture immédiate de ces élevages par arrêté ministériel. “Pendant six mois nous avons pris part à des réunion au ministère de l’écologie sur la faune sauvage captive. Nous attendons toujours des mesures concrètes” indique sur le ton de l’exaspération Muriel Arnard, présidente et fondatrice de One Voice.

One Voice prend l’exemple des Pays-Bas qui stoppera l’exploitation de 160 élevages en mars 2021, cela représente 4 millions d’animaux à fourrure. Avant lui, la Norvège a pris la même décision. L’un des principaux pays fournisseurs de fourrure dans le monde avec 250 fermes, la Norvège est le premier pays à avoir décidé de bannir cette production. L’interdiction entrera en vigueur en 2025.

 

Un recours contre un projet d’agrandissement

En Franche-Comté, Montarlot-lès-Rioz est le dernier élevage de visons. Celui d’Emagny dans le Doubs est sur le point de déposer le bilan. Il avait été condamné en 2016 à six mois de prison avec sursis pour non-respect de la réglementation à la suite d’une plainte déposée par l’association Combactive.

Mobilisée depuis des années l’association avait déposé un recours fin 2018 contre l’accord préfectoral d’agrandissement de l’exploitation de Montarlot-lès-Rioz. Ce projet d’extension permettrait à l’éleveur d’accueillir jusqu’à 7 700 animaux. Toujours en attente, le recours s’appuie sur des motifs environnementaux : gestion des effluents, protection des sols etc…

Pour le président de l’association Combactive Fabien Robert, les vidéos diffusées par One Voice “ont le mérite d’interpeller les citoyens, de les sensibiliser au problème des élevages d’animaux à fourrure mais n’aident pas à faire avancer les dossiers sur le plan juridique”. Le militant préfère réaliser un travail de fond plus silencieux en travaillant sur les failles juridiques.

 



Source France 3

Autres articles à lire

les gendarmes sur le pied de guerre face aux attaques de chevaux

bip

Covid-19 : Et si mon animal était contaminé ?

bip

le procès d’un chasseur, tueur du chiot Kinder

bip

4 ours autour d’une estive à Ustou en Ariège, le maire interdit la randonnée

bip

L’édition 2021 du festival international du cirque de Monte-Carlo est annulée

bip

les attaques se multiplient malgré les patrouilles de gendarmerie et les rondes des propriétaires

bip